Certaines personnes consultent pour un oui ou pour un non

Certaines personnes consultent pour un oui ou pour un non: les médecins «en ligne» n’y changeront pas grand-chose

Trop douillets, les gens qui vont sans cesse chez leur médecin, pour des maux parfois difficiles à cerner? Pas si simple. Pour les soignants, trouver ce qui se cache derrière ces plaintes à répétition est un vrai défi. Face à ces cas, ils doivent absolument tenir compte du contexte dans lequel s’inscrit la demande de soins. Ainsi, les hypocondriaques, pour prendre un exemple extrême, ont la conviction (quasi délirante) d’avoir une affection bien précise, que les médecins, malgré les examens répétés, ne parviennent pas à objectiver.

Nettement plus nombreux que les précédents, les «somatisants» représentent 15 à 20% des patients. Ils passent leur vie dans les cabinets médicaux pour des plaintes diffuses qui changent fréquemment (maux de dos, de tête, crampes au ventre…) sans, là non plus, que l’on puisse mettre en évidence une cause somatique.

«On ne sait pas très bien ce qui pousse ces personnes à amplifier des sensations corporelles banales et à demander d’être rassurées par leur médecin, observe le Dr Marc Archinard, responsable de la psychiatrie de liaison aux Hôpitaux universitaires de Genève. Les émotions négatives, telles que la tristesse, l’angoisse ou la colère, constituent peut-être un élément de réponse parmi d’autres.»

Et les nouveaux services d’assistance médicale à distance, seront-ils d’une aide quelconque pour ces malades particuliers? Récemment, des assurances maladie ont en effet mis gratuitement à disposition de leurs membres un numéro d’appel ainsi qu’un site Internet, accessibles en tout temps. Il s’agit d’un système de triage entre vraies urgences et fausses alertes, assuré par des médecins «en ligne».

Calcul simpliste

Le but de l’opération est, à terme, de réduire le nombre de consultations inutiles. Un calcul qui sent le raccourci. «Le fait que les gens finissent par consulter est le résultat d’un processus long et complexe, explique Marc Archinard. L’appel à une ligne téléphonique ou à un site médical vient vraisemblablement prendre place dans ce processus. Elle en modifiera le cours pour certains patients, mais n’aura aucun impact sur d’autres, qui iront consulter tout de même.»

Mais alors, que proposer aux éternels inquiets pour leur santé? Entreprendre une psychothérapie pour tenter de contrôler leur besoin irrépressible de consulter et de désamorcer la spirale de l’anxiété, notamment grâce à l’approche cognitivo-comportementale.

Une technique utilisée consiste à mettre à jour, à l’aide d’un carnet d’auto-observation, les pensées pessimistes qui assaillent le patient («J’ai un peu mal au ventre, donc j’ai sûrement un cancer du côlon») et de tester leur objectivité. Se rendant compte que la plupart de ses assertions ne tiennent pas la route, le patient peut alors chercher des pensées alternatives plus réalistes.

 

La douleur comme maladie

Quand la douleur persiste envers et contre tout, elle devient un problème médical en soi. Le syndrome douloureux chronique (SDC) désigne une douleur (maux de tête, lombalgies, etc.), présente depuis au moins six mois, sans que les examens aient pu mettre en évidence une lésion capable de l’expliquer. Ou, lorsqu’il existe une relation avec une maladie ou une blessure, la plainte douloureuse est nettement disproportionnée.

Nul doute que les victimes du SDC souffrent réellement. La maladie de la douleur a même pris toute la place dans leur vie. L’analyse du contexte de l’apparition de la douleur révèle très souvent des séparations, des deuils ou des conflits. Dans ces cas, la douleur est une «porte de sortie honorable» dans une situation ressentie comme inextricable. Peu à peu, l’individu s’enferme dans son «rôle de malade» et se désinvestit de la vie active.

Les buts du traitement visent avant tout au maintien de la qualité de vie, en favorisant la réinsertion sociale. L’objectif est aussi bien sûr de soulager la douleur par différents moyens: approches corporelles, psychothérapie, techniques de relaxation, etc.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *